« l’État despotique, mis en place par le communisme d’État, fera naître une classe exploitante et privilégiée : la bureaucratie »


Un sentiment légitime, naturel, base de la liberté, se révolte en tout homme contre toute mesure imposée, eût-elle même la liberté pour but.

Où l’Etat commence s’arrête la liberté individuelle, et vice versa.” Fédéralisme, socialisme et antithéologisme (1867).

C’est en cherchant l’impossible que l’homme a toujours réalisé et reconnu le possible, et ceux qui se sont sagement limités à ce qui leur paraissait le possible n’ont jamais avancé d’un seul pas.” L’empire knouto-germanique et la révolution sociale (1870-1871).

Amoureux et jaloux de la liberté humaine, et la considérant comme la condition absolue de tout ce que nous adorons et respectons dans l’humanité, je retourne la phrase de Voltaire, et je dis: Si Dieu existait réellement, il faudrait le faire disparaître.” Dieu et l’Etat (1882).

Toutes les religions sont cruelles, toutes sont fondées sur le sang, car toutes reposent principalement sur l’idée du sacrifice, c’est-à-dire sur l’immolation perpétuelle de l’humanité à l’inextinguible vengeance de la Divinité.” Dieu et l’ Etat (1882).

Si Dieu est, l’homme est esclave; or l’homme peut, doit être libre, donc Dieu n’existe pas.” Dieu et l’ Etat (1882).

Ecrasé par son travail quotidien, privé de loisir, de commerce intellectuel, de lecture, enfin de presque tous les moyens et d’une partie des stimulants qui développent la réflexion des hommes, le peuple accepte le plus souvent sans critique et en bloc les traditions religieuses qui, l’enveloppant dès le plus jeune âge dans toutes les circonstances de sa vie, et artificiellement entretenues en son sein par une foule d’empoisonneurs officiels de toute espèce, prêtres et laïques, se transforment chez lui en une sorte d’habitude mentale et morale, trop souvent plus puissante même que son bon sens naturel.” Dieu et l’ Etat (1882).


L’essentiel des textes de Michel Bakounine, nous relayons la belle initiative du CRAS de Toulouse qui les mets à disposition du plus grand nombre.

Télécharger (PDF, 6.39MB)